Mon Roger je l’adore, mais depuis qu’il est à la retraite, je trouve qu’il ramollit un peu ! C’est vrai : ce serait quand même dommage d’habiter désormais un si beau coin, en Provence, et ne pas en profiter ! Alors ce matin, quand je l’ai vu prêt à s’installer dans son grand fauteuil en osier, j’ai pris les devants. J’ai préparé un bon petit pique-nique, un thermos de thé vert, et j’ai appelé mon homme : "Allez viens chéri ! J’ai une surprise pour toi : on va voir des trous..."

Les pieds dans le thym

Moi j’ai déjà fait la balade avec mes nouvelles copines du club de jazz. Mais Roger n’est pas encore beaucoup sorti, depuis notre arrivée ici. Et il ne connaît pas encore l’Abbaye de Saint-Roman. En même temps, comme il s’est longtemps passionné pour les peintures rupestres, j’étais sûre qu’il aimerait découvrir cette abbaye creusée dans la roche au 5ème siècle. Bon, c’est vrai, on n’y trouve pas de portraits de flamants roses dessinés à la craie sur les murs. Mais quelle jolie balade !

J’ai garé la voiture sur le parking de l’Abbaye, et nous voici partis. Le chemin qui mène à l’Abbaye traverse la garrigue, c’est un chemin tout doux, à peine sent-on le dénivelé. Il se parcourt tranquillement, sans hâte, et moi qui adore les végétaux, je me suis régalée à découvrir des variétés typiquement méditerranéennes que je ne connaissais pas encore. C’est vrai, on pense toujours au thym et au romarin, mais la flore camarguaise est bien plus riche que ça !

Majestueux pique-nique

On est arrivés en haut sans même nous en rendre compte. Roger a compris où nous étions (j’avais fait diversion devant les panneaux, avant, à cause de la surprise) et il a voulu se précipiter dans l’Abbaye. Heureusement, son estomac est réglé comme un coucou suisse. Je l’ai amené sur le point culminant du lieu, et nous avons savouré notre pique-nique en admirant la vue panoramique sur le Rhône…

Sacré lieu

C’est Roger qui a dit ça, après notre visite. “Sacré lieu” pour un lieu qui a longtemps été sacré. Ça c’est mon Roger ! Toujours le petit jeu de mot spirituel ! Il faut dire que l’Abbaye de Saint-Roman nous a beaucoup inspirés. Nous avons traversé le ventre de la montagne, une fois de plus admiratifs devant l’inventivité humaine. Creuser un lieu de prière dans la roche, c’est comme les pyramides, c’est pas anodin comme construction. “Surtout qu’à l’époque, niveau outils, ils n’étaient pas très bien équipés !” a dit Roger. C’est vrai ça. C’est pas comme aujourd’hui.

Quant à moi, j’ai découvert d’autres aspects de Saint-Roman, que je n’avais pas perçues la première fois. C’est impressionnant, de part la taille de certaines salles. Touchant, ces tombes dans la roche qui semblent si petites. Et magique, aussi. Après notre petite excursion, j’ai trouvé mon Roger beaucoup plus gai...